← retour

RECRUTEMENT

INTERVIEW

Ariane, ESSEC '020 : "Je ne connaissais pas le monde de la protection sociale et je n’avais jamais travaillé pour le secteur public."

Tu sors de l’ESSEC, une des autoroutes bien connues vers les cabinets de conseil en stratégie et management les plus reconnus : pourquoi nous as-tu choisi, nous ?

En sortant de l’ESSEC, je souhaitais intégrer un cabinet de conseil en stratégie et management qui soit à la fois exigeant, reconnu dans son secteur, et qui me permette de trouver un environnement où m’épanouir et monter en compétences rapidement. Les entretiens que j’ai passés chez YCE Partners m’ont convaincue que le cabinet avait gardé son âme de start-up avec des associés très disponibles et la possibilité d’avoir un impact direct en interne, et ils m’ont surtout donné envie de m’engager dans l’aventure.

Deux ans et demi après, pas de regrets ?

Absolument pas, les promesses sont tenues !

L’expertise du cabinet sur la protection sociale et son positionnement auprès d’acteurs tant privés que publics m’ont donné l’occasion d’accompagner et d’apprendre auprès d’organismes très variés au cœur de la santé, de l’emploi et de la retraite en France. J’ai pu trouver ma place auprès de nos clients publics et privés avec la certitude partagée d’avoir un impact direct ou indirect sur les bénéficiaires de notre système de protection sociale.

Enfin, j'apprécie au quotidien la place laissée à chacun pour s’investir au sein du cabinet, via des projets internes ou la participation aux temps collectifs où chacun est invité à donner son avis, de l’organisation des bureaux aux objectifs stratégiques de l’entreprise.

Tu connaissais bien, avant de nous rejoindre, les secteurs de la santé, de l’emploi et de la retraite, leurs acteurs et enjeux ? Sinon, comment s’est passée l’acculturation ?

Je ne connaissais pas du tout ces enjeux ! J’avais déjà réalisé une courte mission dans le secteur de la santé (sur la propagation des épidémies), mais je ne connaissais pas le monde de la protection sociale et je n’avais jamais travaillé pour le secteur public.

L’acculturation s’est cependant très bien passée : l’encadrement de managers experts sur leurs sujets et un accompagnement soutenu au début des missions m’ont permis de prendre mes marques rapidement, et de devenir moi-même sachante sur le sujet des données sociales par exemple.

Les centres de compétence, des groupes internes dédiés à renforcer et étendre nos expertises, auquel chaque nouvel arrivant est invité à participer, sont également de véritables accélérateurs d’apprentissage, pour ma part sur le secteur de la santé et les transformations de notre modèle social. Enfin, nous invitons régulièrement des intervenants qui construisent la protection sociale de demain ; c’est un secteur qui évolue en permanence !

En école, tu as étudié les usages possibles des data pour les entreprises : c’est une compétence qui t’est utile aujourd’hui en mission ?

J’ai en effet rejoint la chaire Strategic Business Analytics de l’ESSEC, qui m’a permis d’appréhender l’impact des données dans les entreprises à un niveau stratégique. 

Grâce à ces compétences, j’ai pu participer à des missions dédiées à l’analyse et à la valorisation de données. J’ai par exemple contribué à l’identification des populations aidantes pour des organismes de protection sociale sur la base de leurs données clients, dans l’objectif de mieux orienter leurs politiques d’action sociale. 

Je vais par ailleurs bénéficier d’une formation complémentaire, financée par l’entreprise, afin de renforcer cette compétence et contribuer, par exemple, à la lutte contre la fraude aux prestations sociales et le non-recours, l’optimisation de la performance de nos clients, etc.

Peux-tu nous dire quelques mots de ta mission passée, justement ? 

J'ai travaillé pour un service public numérique, architecte de l’impôt la source, sur la fiabilisation des données sociales. En effet, si désormais nos déclarations d’impôts sont préremplies grâce à la mutualisation des données sociales (et il en sera de même pour de plus en plus de prestations), il est nécessaire de s’assurer de la qualité de ces données pour que le système fonctionne ! Dans ce cadre, j’ai participé à la coordination des acteurs (émetteurs de données, destinataires, vérificateurs) et à la mise en place d’outils de contrôle des données émises par les employeurs.

Et pour finir : si tout était possible, à quelle transformation majeure du secteur de la santé, de l’emploi ou de la retraite rêverais-tu de contribuer ? 

Je suis convaincue que le secteur de la protection sociale doit s’adapter aux enjeux du changement climatique, notamment en réorganisant ses processus internes et les modes de délivrance de ses prestations.

Pour ma part, j’aimerais accompagner les acteurs du secteur face à ces enjeux, spécifiquement par l’exploitation des données très riches dont ils disposent : identifier les nouvelles tendances de consommation de prestations face aux changements climatiques, identifier les populations les plus à risque en cas d’évènement climatique majeur pour mettre en œuvre une réponse adaptée… YCE entend d’ailleurs anticiper au mieux (et au plus vite!) la transition écologique des organismes de protection sociale: c’est toute la vocation de notre Lab !

Propos recueillis par Lucas Schneider

Crédit photo : Pierre-Luc Delage

Télécharger le PDF

Quelques outils pour innover en télétravail

Santé mentale : les atouts du ciblage des populations au travail

Protection de la santé mentale au travail : quel rôle pour les acteurs de la protection sociale ?

Protection de la santé mentale au travail : quel rôle pour les acteurs de la protection sociale ?

||

Les jeunes : parents pauvres du système de protection sociale en France ?