← retour

SANTÉ & PRÉVOYANCE

ÉTUDE
ÉVÈNEMENT

Protection de la santé mentale au travail : quel rôle pour les acteurs de la protection sociale ?

La santé mentale et l’importance de sa protection en milieu professionnel constituent un enjeu dont prennent aujourd’hui conscience de nombreux acteurs. YCE Partners et le Cercle Lab (News Assurances Pro) ont publié une étude dédiée à ce sujet après audition de plusieurs dirigeants du monde de la protection sociale, de la santé et des start-ups. Le 12 avril dernier, ils abordaient plus précisément le rôle que peuvent jouer les organismes complémentaires auprès des entreprises.

Un constat alarmant

Selon Santé Publique France, un Français sur trois présente aujourd’hui un état dépressif ou anxieux. La prévalence des troubles de santé mentale a été amplifiée par la crise sanitaire et les mesures de confinement qui l’ont accompagnée. Or, comme l’a souligné Anne De Danne, Directrice déléguée de la Fondation FondaMental, les réponses apportées jusqu'ici sont insuffisantes. Elles révèlent en effet un retard français sur tous les plans en matière de santé mentale, "aussi bien en termes d’offres de soins que de prévention". Autre chiffre clef particulièrement impressionnant : les maladies psychiques et la consommation de psychotropes représentent un coût de 23 milliards d’euros pour l’Assurance maladie obligatoire, soit son premier poste de dépenses en termes de pathologies. Enfin, dans les cas les plus dramatiques, les troubles psychiques peuvent conduire au suicide. Là encore, en France le constat est glaçant, comme l'a rappelé Margot Morgiève, psychologue et docteur en sociologie des sciences : en moyenne, toutes les heures, une personne se suicide.

Une prise de conscience progressive

Comme le note Isabelle Hébert, membre du Comité de Direction Groupe d’AG2R LA MONDIALE, contrairement aux Etats-Unis, la question de la santé mentale est longtemps restée un tabou en France. On observe toutefois une prise de conscience progressive des entreprises et une libération de la parole au sein de celles-ci. Les appels d’offre en prévoyance sont révélateurs : ils expriment de plus en plus une demande de prévention en santé mentale. Signe que l’attente en termes de prévention envers les organismes complémentaires est réelle, et plus seulement sur le plan de la santé physique. Les organismes complémentaires sont donc eux aussi amenés à se saisir du sujet de la santé mentale. Ainsi, pour la Mutuelle des forces de sécurité (MGP), la santé mentale est un enjeu de premier plan. Elisabeth Moreso, Responsable prévention et promotion de la santé, a souligné l’intérêt porté à cette thématique au travers de l’offre de prévention qui lui est dédiée mais également au travers de la communication menée par la MGP qui a contribué à faire évoluer les mentalités, y compris du grand public.

Un large éventail de solutions

Devant cette demande croissante, les solutions émergent, notamment dans le champ numérique : Fanny Jacq, créatrice de l’application "Mon Sherpa" et Directrice santé mentale de Qare, espère que de telles applications rendront "la psy plus sexy" et permettront ainsi de dépasser le tabou encore trop souvent associé à la consultation de professionnels de santé mentale. De son côté, Thomas Cornet, cofondateur de Wittyfit, insiste sur la pertinence d’applications numériques qui permettent de "capter le ressenti des individus" dans leur immédiateté. La palette des offres est vaste, allant de la sensibilisation et de l’auto-questionnaire à l’orientation vers des professionnels de santé mentale et la proposition de téléconsultation, en passant par des modules de self-care.

Les solutions ne sont pas seulement digitales. Pour éviter les ruptures dans les parcours d’insertion causés par les troubles psychiques, Croix-Rouge insertion a mis en place un dispositif de détection des fragilités psychiques et de suivi adapté aux personnes en insertion sur le marché du travail et souffrant de troubles de la santé mentale. Comme l’a expliqué Chloé Simeha, Directrice de l’association, ce dispositif s’appuie sur les accompagnateurs socio-professionnels qui suivent au quotidien et sur le terrain des personnes en insertion.  

4 facteurs clefs de succès

Pour préserver la santé mentale dans le milieu professionnel, quatre leviers clefs peuvent être identifiés. Il faut d’abord diagnostiquer les problématiques et besoins liés aux spécificités des milieux professionnels ciblés. Diagnostiquer signifie également briser le tabou qui entoure le trouble psychique et plus encore dans la sphère professionnelle. Tous les intervenants l’ont souligné : il faut améliorer la communication autour de ce sujet et libérer la parole pour que les salariés ne soient plus isolés. Il est ensuite indispensable de continuer à co-construire des solutions adaptées pour lutter contre les souffrances psychiques. Le troisième levier est l’implication des directions des entreprises : "tout doit partir de la tête" comme l’a justement formulé Loïc Marie, Directeur général d’April Entreprise. Pour Thomas Cornet, cela est rendu possible par le fait que "l’investissement dans le capital humain est devenu bankable", notamment à la faveur de la crise sanitaire. De son côté, Elodie Levy, Directrice prévention et promotion de la santé d'Aésio, a rappelé l’importance de "sensibiliser les managers aux sujets de santé mentale, notamment avec des outils pratico-pratiques de gestion du stress." Les intervenants étaient unanimes sur la nécessité de former les managers, en tant que relais au sein de l’entreprise, pour qu’ils puissent repérer les éventuels troubles psychiques de leurs collègues et mettre en place des actions adaptées. Enfin, la dernière clé du succès réside dans une méthode agile combinant évaluation et amélioration continue des pratiques.

Pour conclure, une approche holistique de la santé s’impose : la santé mentale est liée à la santé physique et peut avoir des répercussions sur les entreprises et leurs résultats. Avec le vieillissement de la population et l’accroissement des charges des régimes de prévoyance, on mesure l’importance que représente la question de la préservation de la santé mentale pour le bien-être des salariés et de la société dans son ensemble.

Marie Devaine, Alice Delacroix, Cyril Garrech-Casanova, Cécile Waquet, 11.05.2022

Pour aller plus loin :

  • Téléchargez notre étude "Santé mentale au travail : le nouveau défi" (ci-dessous)
  • Contactez Marie Devaine (mdevaine@yce-partners.fr) ou Cécile Waquet (cwaquet@yce-partners.fr), respectivement manager et associée, pour approfondir la réflexion ou être accompagné sur ce sujet

Photo : Elisa Ventur sur Unsplash

Télécharger le PDF

Non, après la crise tout le monde ne changera pas de vie. Et c’est pas grave.

Open Data et Protection Sociale : l'impossible union ?

Comment financer et préparer la retraite et perte d’autonomie ?

Acte 2 du Plan pauvreté : quelles mesures pour faire face à l’explosion attendue de la pauvreté ?