← retour

RECRUTEMENT

ÉTUDE

La parole à un stagiaire : « Le matin, quand je me lève, je sais que mon travail aura un impact réel. »

Aujourd’hui, les jeunes diplômés recherchent de plus en plus un sens dans leur métier : 85% des candidats choisissent un emploi pour l’intérêt des missions et 60% examinent la culture d’entreprise et ses valeurs avant de postuler[1]. Alexia Martin, qui vient de décrocher un CDI chez nous après son stage de fin d’études, revient sur son parcours et sur ses six mois de stage dans cette période si étrange.

/ Peux-tu nous parler de ton parcours avant YCE ?

« J’ai intégré Audencia Business School à Nantes après deux années de prépa. Lorsque j’ai commencé mes études en école de commerce, je n’avais pas encore une idée claire du métier que je voulais exercer mais j’avais un attrait particulier pour le secteur de la mode, et un amour pour les chiffres. J’ai donc fait mes deux stages de césure aux Galeries Lafayette en tant que business analyst et chez Revlon comme category manager.

Par la suite, j’ai opté pour la spécialisation Conseil en dernière année de master. Le tronc commun me plaisait car il permettait d’acquérir des compétences générales dans plusieurs domaines. Travailler dans un cabinet de conseil, c’est pour moi l’opportunité de travailler pour des clients différents, traiter des problématiques diverses, développer des compétences en termes d’organisation, d’esprit de synthèse et d’analyse. »

/ Pourquoi avoir choisi YCE ?

« Ces stages ont été très enrichissants et j’ai beaucoup aimé mes missions, mais j’ai vite réalisé que quelque chose me manquait : je ne trouvais pas de sens à ce que je faisais. J’ai voulu trouver un travail qui ait un réel impact sur la vie des gens au quotidien. J’ai été frappée par ce constat lorsqu’un jour, un collègue m’a dit « Alexia, ne te stresse pas, au pire, c’est juste des maillots de bain, on n’a pas une vie entre nos mains ! ».

Alors, pour mon stage de fin d’études, j’ai voulu travailler dans le domaine social.J’ai découvert YCE grâce au site Welcome to the Jungle.  Je ne connaissais pas le cabinet, mais l’idée d’un cabinet de conseil spécialisé en protection sociale me parlait. La protection sociale impacte tous les Français et j’aimais l’idée de travailler pour des clients publics. J’ai donc postulé.

En entretien j’ai rencontré Lambert, un manager avec qui j’ai tout de suite accroché ! Il m’a beaucoup parlé du fonctionnement interne, de l’ambiance chez YCE, mais aussi de l’esprit d’équipe et de l’encadrement des stagiaires. N’ayant d'expérience ni dans le conseil ni dans le secteur, j’ai d’abord eu peur des questions pièges. Au contraire, l’entretien a été très bienveillant : il m’a présenté l’activité du cabinet et les échanges étaient centrés sur mes expériences et motivations. C’est donc sur cette très bonne impression que j’ai choisi de rejoindre YCE lorsqu’un stage m’a été proposé. »

/ Raconte-nous un peu ton stage…

« D’abord j’ai travaillé pour l’Agence Régionale de Santé d’Île-de-France sur une étude pour améliorer la prise en charge des personnes âgées aux urgences. En parallèle, j’étais sur un projet d’évolution des fonctions support à la Direction régionale de Pôle emploi Pays de la Loire. Pas de chance, au bout de quelques mois, les missions ont été interrompues à cause de l’épidémie. Pendant trois semaines j’ai donc aidé les consultants qui en avaient besoin à répondre à des appels d’offres et à préparer notre veille de crise. Ensuite, j’ai rejoint l’équipe qui accompagne plusieurs organismes de protection sociale dans la définition de leur stratégie commune d’action sociale.

J’ai donc eu la chance de travailler pour trois clients, avec trois managers différents. C’était intéressant de découvrir des façons différentes de travailler.J’ai aussi été impliquée dans les travaux internes du cabinet, notamment dans le cadre d’un groupe de travail sur l’innovation. »

/ Ton bilan ? Pourquoi as-tu décidé de rester chez YCE ?

« C’était très intéressant et ce stage m’a confortée dans mon envie d’avoir un travail qui a plus de sens et qui est en accord avec mes valeurs. Le matin, quand je me lève, je sais que mon travail aura un impact réel.Avant, j’avais en tête les clichés sur les cabinets de conseil : plus de vie sociale, des heures extensibles, un environnement shark… J’ai été rassurée avec ce stage. Ce que j’ai aimé chez YCE, c’est la bienveillance et l’esprit d’équipe. Tout le monde se connait et s’entraide. J’ai été bien encadrée tout au long du stage : on me faisait confiance, et on s’assurait que tout se passait bien en termes de prise en main des sujets et de charge de travail.Chez YCE, je n’ai jamais eu l’impression d’être stagiaire, mais vraiment d’être consultante junior. Mon point de vue était autant pris en compte que ceux des autres consultants. Au sein du groupe de travail sur l’innovation, j’ai participé à l’animation d'une formation sur l’intelligence collective destinée à tout le cabinet. En mission, j’ai beaucoup de responsabilités et les managers me font vraiment confiance. Lorsque j’ai aidé à répondre à des appels d’offres, j’ai travaillé sur le fond des sujets. Jamais dans un précédent stage je n’ai eu autant d’autonomie et de responsabilités.Donc quand on me demande pourquoi j’ai voulu rester chez YCE, c’est bien sûr pour l’intérêt des missions, mais aussi pour l’ambiance du cabinet. »Si toi aussi, tu veux sauter le pas et nous rejoindre, écris-nous ici !

Aline Tran, 01.06.2020

[1]https://www2.deloitte.com/fr/fr/pages/talents-et-ressources-humaines/articles/etude-sens-au-travail.html

Télécharger le PDF

Formation pro : des choix difficiles vont s'imposer

La juste prestation sociale : oui, mais tout de suite ? Entretien avec Frédéric Marinacce et Valérie Marty.

Jérôme Jumel

Une juste prestation pour limiter les indus et lutter contre le non-recours. Entretien avec Jérôme Jumel et Denis Darnand.

F. Coutard (Agirc-Arrco) : « Imaginer que demain la retraite des Français reposera majoritairement sur la capitalisation est une erreur »